Partagez | .
 

 La jalousie est un vilain défaut [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ashley Montgomery
avatarProfilOrigine de l'avatar : Fuuchouin Kazuki - Get Backers
Messages : 9
Date d'inscription : 27/09/2015

Psyché
Level: 1
Niveau de Contrôle:
0/15  (0/15)
Jauge de Folie:
0/24  (0/24)
Civil - P1
Civil - P1
MessageSujet: La jalousie est un vilain défaut [en cours]   Dim 27 Sep - 20:54






Ashley Montgomery

 


  “La jalousie voit tout, excepté ce qui est.”

Sexe : Homme cis
Âge : 19 ans
Date de naissance : 05/03
Origine : Anglais
Groupe : Civils
Occupation :Secrétaire


Préférence sexuelle : Gay - soumis
Etat du shadow :Réveillé
Palier souhaité :I
Précisions ?Ne vous y trompez pas, Ashley est un homme.


Description du Personnage
Ne fixez pas ces courbes que vous ne possèderez jamais. Détournez le regard de cette chair ronde et potelée comme la statue d'un petit ange. Il en a honte. Il le dissimule. Ashley, depuis sa tendre enfance, a toujours été gourmand. Du chocolat plein la bouche et les doigts collants, il ne passait pas plus d'une heure lorsqu'il était petit sans qu'il n'avale quelque chose de bien trop sucré pour lui. Très potelé, ventripotent, les bouclettes encadrant son visage, et le caractère d'insupportable petit fils à maman, il a vécu dans la royale indifférence de l'enfant chéri. Jusqu'à son adolescence.

Là, le ventre pendant sur son pubis, les quatre bourrelets qu'il pouvait dessiner en s'asseyant et l'impression permanente d'être un coq en pâte le poussèrent vers un rapport désaxé à la nourriture. Son ventre est son ennemi. Il refuse de se nourrir, craint le moindre gramme de sucre, pèse tout ce qu'il mange et hyperventile lorsque la balance tend vers plus haut que la semaine précédente. Obsédé par son image, obsédé par sa masse, Ashley cache tout ce qu'il est capable de cacher, derrière un pull ample, derrière une veste couvrant ses hanches. Cela le peine, il aime son ventre. Il aime ses jambes, fines, longues. Il aime son visage, qui n'a pas perdu en beauté ni en singularité avec trente kilos arrachés en début d'âge adulte. Mais ses hanches. Mais ses fesses. Et ce surplus de peau au niveau de la poitrine, ces espèces de "petits seins" que lui seul est capable de voir. Il déteste son corps. Alors, pour détourner l'attention, il concentre tous ses efforts sur son visage.

Plongez dans ces grands yeux gris. Observez cette moue boudeuse. Ses cheveux bruns, qui font des épis dès qu'il se gratte l'arrière du crâne - signe de nervosité. Ashley est quelqu'un de rigoureux et de concentré. Il évitera tant qu'il le peut de parler de lui, préférant dévier la conversation sur autre chose. Il se trouve ridicule. Risible. Il se trouve anormal. Bien trop petit, il porte dans le souvenir de robes en flanelle et de cols pelle à tarte le désir de sa mère d'avoir une fille. Les cheveux très longs, noués en chignon à l'arrière de son crâne, il essuie remarques graveleuses et gestes déplacés au sein de son travail, tous les jours. Parfois, on lui demande s'il est homme ou  femme. Pour lui, la réponse ne fait pas un pli : c'est un homme. Il voudrait être plus développé, avoir des épaules larges et des fesses plates. Ne pas avoir l'air de voler l'uniforme d'un cousin lorsqu'il porte des bottes ou un jean large.

Comble de l'exaspération, il a très tôt ressenti un goût pour les autres hommes. Les femmes ne l'intéressent pas, il les jalouse terriblement. Elles peuvent avoir les hanches larges, les fesses rebondies et être ravissantes. Alors que lui se bat en duel avec une tomate et deux feuilles de salade, et lutte contre l'envie de se faire vomir quand il mange un peu plus que "rien". Les hommes. Son principal problème, ce sont eux. Ashley est un coeur d'artichaud. Il craque, il fond, il papillonne et il s'accroche à la première figure virile croisant son chemin. En ce moment, c'est le nouveau représentant marketing de son entreprise. Ashley garde beaucoup pour lui. Surtout ses sentiments. Il ne se déclare pas, reste en retrait, et se laisse dévorer par la jalousie.

Après tout, à quoi ressemble-t-il, avec ses fesses de Paul Goude, son mètre soixante-cinq, et sa peau fragile ? Il aime, il se laisse dévorer, et avec cette passion non dite, il se laisse submerger par la colère. La jalousie est sa bonne amie. Ceux qu'il convoite n'en ont généralement aucune idée. Comment le pourraient-ils ? Ils ne savent parfois même pas qu'il existe. Lui, le sait. Il les suit, il les observe. Et lorsqu'il les voit au bras d'une autre, au bras d'un autre, ils fait son possible pour les en éloigner. Cafard dans les cheveux. Rat sous le siège de la voiture. Pneu crevé, et même une fois, fausse alerte à la bombe. Ashley serait capable de tout ce qui est en son pouvoir pour garder ces amours à sens unique dans son camp.

Il n'a pas la même conscience de la bienséance que les autres. S'il reste très réservé, ce n'est que parce qu'il a honte de ce qu'il est. A dix-neuf ans, il considère que c'est une chance folle d'avoir trouvé un emploi en secrétariat. Il se considère comme moins que rien. Après tout, qu'est-il capable de faire, à part de la mise en page et un peu de prise de rendez-vous ? Il aimerait connaître le grand frisson. Mais à part engloutir une part de pizza graisseuse, quel genre de danger est-il capable d'affronter ?


Passé du Personnage
Ashley vit le jour il y a de ça 19 ans, dans une petite ville de la région d'Essex, en Grande Bretagne. Fils unique d'une mère célibataire avant-même sa naissance, son enfance fut riche, gâtée et honteusement ancrée dans sa mémoire. Ashley était le fils chérie de sa mère, son petit bout de chou, son gros poupon. Elle le choyait, le bordait le soir, lui resservait une part de gâteau au goûter et le défendait bec et ongles face aux instituteurs lorsqu'il leur manquait de respect. Son pumpkin à bouclettes et robes de petite fille était à ses yeux la perfection. Et sous les regards éperdus d'amour et aveugles de l'éducation déplorable qu'il recevait, Ashley grandissait dans une joyeuse indifférence des autres.

Il passa les onze premières années de sa vie à cracher sur les autres, à les mépriser du haut de ses chaussures vernies et à réclamer la place près du buffet au réfectoire. C'était un garçon très égoïste, colérique, et constamment dans les jupes des adultes. Arrivé l'âge ingrat où son visage nourri au chocolat et à la charcuterie devint purulent, Ashley fut destitué pour être remplacé par les autres garçons. Plus forts. Plus grands. Et bien plus violents que lui. Gras du bide. Mou du genou. Face de lune. Barbote. Il accumula les surnoms avec honte. S'il faisait face vaille que vaille les premiers temps, sa confiance de fils chéri s'ébranla au fur et à mesure que ses layettes étaient déchirées. Son amour de lui-même disparut le jour où il revint la tête plongée dans les toilettes. Et tout espoir de le retrouver s'envola lorsque trois garçons de sa classe réussirent à le plier en entier dans son casier.

Ashley fut retiré de son école manu militari, et placé dans la seule école privée de son trou perdu. La condition pour entrer était simple. L'école mettait en avant l'échange à l'international. Les élèves devaient devenir billingue à la fin de leur quatre années de collège. Ils avaient le choix : apprendre l'arabe classique, apprendre le chinois, ou apprendre le japonais. Ashley, arrivant en milieu d'année, n'eut une place que dans la classe disposant d'un banc encore libre. Il apprit donc le japonais.

Péniblement, laborieusement, il tenta de s'intégrer à sa classe. Il se rendit rapidement compte que pour espérer un jour se faire une place parmi les autres, il devait disparaître et flatter leur propre personne. Discret de nature, Ashley devint de plus en plus distant. Il se volatilisait aux heures de repas, réapparaissait en début de cours, et suivait comme son ombre un groupe d'adolescents relativement populaires. Ashley était pataud. Maladroit en société, un humour cahin-caha, il avait à peine grandit, et n'était devenu pubère qu'à l'âge de quinze ans. Ce qui l'épargnait, c'était sa capacité à faire les devoirs des autres. Et sa fantastique perte de poids.

A l'époque, ce qui était populaire chez les adolescents, c'étaient les blogs. Il avait le sien, comme tous les autres. Et comme sans doute bien d'autres, il passait son temps à effacer les commentaires injurieux qu'il recevait sur ses articles. Il s'arrachait les cheveux devant les citations d'articles sur les cétacées, pliait la nuque devant la liste d'apports calorique des repas qu'il avait le malheur d'avaler devant les autres. Il s'affama. La douleur qu'il ressentit au début disparut peu à peu. Chaque fois qu'il se sentait insulté, il se faisait vomir, prenait le temps de se coiffer, et se sentait instantanément mieux. Sa mère, ravie de voir sa petite citrouille devenir une belle pousse, ne tarissait pas d'éloges sur lui.

Mais le sourire sincère avait depuis longtemps quitté son visage, et avec lui tout ce qu'il pouvait exprimer d'heureux.

Il intégra un lycée de Tokyo, en échange avec son école privée. A 16 ans, Ashley expérimenta l'internat. Les dortoirs à quatre, les douches communes, les heures de soutien et le sérieux sans faille des lycées privés japonais. A aucun moment, il ne se demanda s'il coûtait à sa mère de lui offrir toutes ces choses. La première fissure de son environnement si calme fut la découverte de sa mère, arondissant ses fins de mois. Contre quelques livres, elle permettait à Ashley d'avoir de l'argent de poche et un toit sur la tête. La nouvelle l'ébranla, le procès pour prostitution l'assombrit, et l'envoi de sa mère en prison finit de l'achever. Ashley devint hypersensible. Amer. Prompt à exploser à n'importe quel moment. Il ne dut son salut qu'à l'argent mis de côté par sa mère, que les autorités n'avaient pu relier à ses activités illégales.

Le tutorat fut engagé au sein de l'école. Sous responsabilité civile de son professeur principal, il se tint rigoureusement à ses études jusqu'à sa majorité. Angoissé, Ashley n'avait qu'une crainte, qu'on le renvoie de là où il venait.

Il grandit seul. Termina sa scolarité seul, et se rendit compte une fois son diplôme en poche qu'il était désespérément en manque d'affection. Il n'y avait plus personne pour lui embrasser le front avant qu'il ne se couche. Ses cheveux n'étaient plus coupés sous le regard affectueux de sa mère. Même la correspondance par lettre s'était raréfiée, puis tarie. Il sombra doucement dans le besoin crucial d'affection. Cela le rongeait de l'intérieur. Lorsqu'il postulait pour un emploi, il s'accrochait à un sourire, un signe pour prendre en affection le premier venu.

Lorsqu'il sortait pour noyer son chagrin dans le bruit et quelques verres de trop, il finissait malgré lui entre les bras du premier lui adressant la parole. Et puis, Ashley fut finalement embauché. Dans une entreprise de vente de composants informatique, il était à l'accueil. Secrétariat, un peu de rédaction et beaucoup d'accueil. Il tomba rapidement sous le charme d'un des plus efficaces des commerciaux de l'entreprise. Hideki, c'était son nom. Il avait ce charme ténu du fils toujours dans les jupes de sa mère. Ashley commença à le suivre, sans s'en rendre compte. Puis à vivre par procuration les relations ephémères qu'il entretenait à tour de bras. Jusqu'au jour où ce fut lui, la cible de ses avances. Persuadé que Hideki l'aimait autant qu'il brûlait pour lui, Ashley brûla toutes les étapes pour lui tomber le plus fort possible entre les bras. Effrayé par ses avances cavalières, Hideki le rejeta avec une force qui le sonna. Furieux, hors de lui, du bout de ses petits bras, Ashley attendit le bon moment, et le poussa du haut de l'escalier.

Hideki en minerve, les pompiers déployés dans l'immeuble, il remarqua à peine qu'on lui hurlait à la figure qu'il pouvait faire ses cartons et disparaître. Il fut licencié sans bavure, sans indemnité, et sans avoir le droit de protester. La condition pour qu'il soit sauf aux yeux de la justice était qu'on n'entende plus jamais parler de lui. Pourtant, ce fut avec ce choc, que la chose se réveilla. Elle se manifesta sournoisement, lui glissant quelques mots au creux de l'oreille. Chaque fois qu'une pensée négative lui traversait l'esprit, le fiel s'insinuait dans les méandres de ses réflexions, amplifiant la chose. Petit à petit, il se sentit grandir, grossir, et finalement, il le vit. La vit.

Cette chose, dans le miroir, qu'il chercha à fuir aussitôt. Cette chose, sournoise, en lui, avec lui chaque instant, qui lui levait le regard sur les êtres qui, comme Hideki, finiraient blessés par sa faute.

Après tout, qu'est-ce que tu es, sinon une catin qui s'ignore ?

 
Shadow


Votre sens dominant -Le goût

Morphologie du shadow -

Il le guettait par-dessus son épaule. Il. Elle. Il ne savait pas comment l'appeler, ce monstre de chair et d'os, tapi dans son dos. Le casque de chair recouvrait son visage, protégé par d'épaisses égailles. Son oeil, unique, luisait d'un désir farouche, la forme de son ossature dessinant un semblant de sourire. Une protubérance marquée, semblable à celle d'un sein, boudait l'autre moitié de son torse, désespérément plat. Là où les chairs de son abdomen se déchiraient, la coque épaisse laissait entrevoir un corps famélique. Ces os, cette chair, ce rose et ces artifices formaient une robe qui peinait à cacher un appendice. Un serpent ? Cela ressemblait à un serpent. Humain. Il n'aurait pas su le dire. Il fuyait du regard cette ombre de chair et de sang, dont les griffes recourbées arrachaient par intermittence les couches successives de carapace. Comme un Prométhée auto-destructeur, il, elle, se détruisait peu à peu, se condamnant à laisser pousser son armure une nouvelle fois, avant de la réduire en morceaux.

Ici





what about You ?
 
Multi-compte ? Nope
Votre prénom et/ou pseudo ? Adam
Âge ? 22 ans
Niveau RP ? Depuis que j'ai... 14 ans '-'
Comment avez vous connu le forum ? PROPAGAAAAANDE
Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous inscrire ? Je cherchais un forum sans prise de tête, avec des possibilités d'évolution de perso, et pas trop centré autour d'histoires de couple.
Avez-vous trouvé un code caché en parcourant le règlement ?Bon bah j'ai lu dans tous les sens mais j'ai pas trouvé ;w;

 


Dernière édition par Ashley Montgomery le Sam 10 Oct - 15:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashley Montgomery
avatarProfilOrigine de l'avatar : Fuuchouin Kazuki - Get Backers
Messages : 9
Date d'inscription : 27/09/2015

Psyché
Level: 1
Niveau de Contrôle:
0/15  (0/15)
Jauge de Folie:
0/24  (0/24)
Civil - P1
Civil - P1
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut [en cours]   Sam 10 Oct - 13:47
J'ai tout sini !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julbock
avatarProfilMessages : 107
Date d'inscription : 21/05/2014

Psyché
Level: 1
Niveau de Contrôle:
8/15  (8/15)
Jauge de Folie:
13/24  (13/24)
Daemon - P1
Daemon - P1
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut [en cours]   Sam 10 Oct - 14:44
Tout d'abord, Bienvenue parmi nous :3 !

J'ai quelques petites questions plus de curiosités qu'autre chose j'avoue.
Tout d'abord, lorsque la mère de Ashley se retrouve derrière les barreaux, aucun service sociaux ne vient récupérer Ashley sachant qu'il est mineur ? Où la mère de Ashley a-t-elle demander une procédure d'émancipation...?

Et aussi : Après l'agression de son collègue, est-ce que celui porte plainte ? Y a-t-il une enquête d'ouverte ? Ou il y a un arrangement avec la société ..? :3

En tout cas j'ai beaucoup aimé ta présentation, très fluide et bien détaillée au niveau de l'évolution du caractère de ton personnage.

Eheheheheh tu es ma première fiche *w* please bear with me ;c

...............................................................

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashley Montgomery
avatarProfilOrigine de l'avatar : Fuuchouin Kazuki - Get Backers
Messages : 9
Date d'inscription : 27/09/2015

Psyché
Level: 1
Niveau de Contrôle:
0/15  (0/15)
Jauge de Folie:
0/24  (0/24)
Civil - P1
Civil - P1
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut [en cours]   Sam 10 Oct - 15:08
Hello =)
Effectivement ce sont des points que j'ai occultés, j'ai rajouté ces passages pour les justifier :

Citation :
Le tutorat fut engagé au sein de l'école. Sous responsabilité civile de son professeur principal, il se tint rigoureusement à ses études jusqu'à sa majorité. Angoissé, Ashley n'avait qu'une crainte, qu'on le renvoie de là où il venait.

et

Citation :
Il fut licencié sans bavure, sans indemnité, et sans avoir le droit de protester. La condition pour qu'il soit sauf aux yeux de la justice était qu'on n'entende plus jamais parler de lui.

N'hésite pas s'il manque autre chose ! Merci de ta lecture :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julbock
avatarProfilMessages : 107
Date d'inscription : 21/05/2014

Psyché
Level: 1
Niveau de Contrôle:
8/15  (8/15)
Jauge de Folie:
13/24  (13/24)
Daemon - P1
Daemon - P1
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut [en cours]   Sam 10 Oct - 15:17
Très bien ça me conviens ;p

Je te valide donc huho ! Tu recevras sous peu ta couleur et ton rang.

Je t'invite à aller :
* Recenser ton avatar.
* Faire ta demande de logement.
* Aller faire un tour au niveau des demandes de Rps si tu n'as pas d'idées d'avec qui tu aimerais avoir un rp.

Dans le cas contraire un petit mp devrait le faire, personne ne mord ici ;p .

J'espère que tu auras une bonne expérience chez nous :3

...............................................................

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ono Iwada
avatarProfilOrigine de l'avatar : no idea
Messages : 19
Date d'inscription : 12/04/2015

Psyché
Level: 3
Niveau de Contrôle:
0/15  (0/15)
Jauge de Folie:
0/24  (0/24)
Chercheur - P2.
Chercheur - P2.
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut [en cours]   Dim 11 Oct - 11:28
ASHLEY EST UN MEC??? dis celle avec un avatar de princesse longs cils....

Non sincèrement j'adore le type de personnage que tu as créé, les androgynes c'est mon dada =w=+

Bienvenu parmi nous en tout cas! :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashley Montgomery
avatarProfilOrigine de l'avatar : Fuuchouin Kazuki - Get Backers
Messages : 9
Date d'inscription : 27/09/2015

Psyché
Level: 1
Niveau de Contrôle:
0/15  (0/15)
Jauge de Folie:
0/24  (0/24)
Civil - P1
Civil - P1
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut [en cours]   Dim 11 Oct - 11:35
Merci beaucoup pour la validation :D
Je m'empresse de faire la paperasse et de regarder les propositions de rp =w=
Merci aussi Ono =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Profil

MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut [en cours]   
Revenir en haut Aller en bas
 

La jalousie est un vilain défaut [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La curiosité est un vilain défaut [Nicolas de Ruzé]
» La sagesse est un vilain Défaut [LIBRE]
» La curiosité est-elle un vilain défaut ?
» La curiosité est un vilain défaut (Zelda)
» La curiosité est un vilain défaut chère filleule [Fae]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandaemonium :: Création du Personnage :: Fiches de présentation :: Fiches validées :: Civils/Daemons-