Partagez | .
 

 Joshua Anderson - Fiche finie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joshua Anderson
avatarProfilOrigine de l'avatar : Keiji Shinohara - In these words
Messages : 5
Date d'inscription : 22/09/2015

Psyché
Level: 3
Niveau de Contrôle:
0/15  (0/15)
Jauge de Folie:
0/24  (0/24)
Civil - P2
Civil - P2
MessageSujet: Joshua Anderson - Fiche finie   Mar 22 Sep - 15:31






Anderson Joshua

 


  L'habit ne fait pas le moine

Sexe : Homme
Âge : 41 ans
Date de naissance :10/11
Origine : Suédois.
Groupe : Civils
Occupation :Psychiatre spécialisé en psychologie criminelle


Préférence sexuelle : Soumis masochiste.
Etat du shadow : réveillé
Palier souhaité : II
Précisions ?{des spécificités concernant votre personnage ; possède-t-il quelque chose d'unique que les autres n'ont pas ou peu, par exemple ?}


Description du Personnage


Psychologie :

C'est un homme posé, calme, intelligent, ordonné, calculateur, manipulateur. Il est le genre de personne sur laquelle on peut compter en cas de coup dur. Son sang froid est sans faille même dans le pire des instants. Pas de panique. Il ne connait pas le terme. Analyser... Voilà ce qu'il fait quand les autres se perdent dans des grandes tirades stériles. Observateur, il scrute et prend des notes. Il ne dit que rarement ce qu'il pense de ce qu'il a sous les yeux encore moins si on ne lui demande pas. Il possède une certaine présence. Une prestance qui font penser à certaine personne qu'il est mannequin. Il se dégage de lui un côté sauvage. Indomptable. A travers le geste innocent d'une main remettant en place ses cheveux, les regards le suivront avant de fuir aussitôt quand ses prunelles froides s'ancrera comme des piques à glaces aux leurs.

Une aura particulière se dégage de lui. On a parfois l'impression qu'il attire les ombres à lui. D'ailleurs, quand on l'invite quelque part, il se place dans l'ombre, en retrait. Vous aurez alors deux options soit ne pas le remarquer, soit le voir et prendre peur de sa façon distante d'être. Des mèches de ses cheveux se glisseront sur son visage. Un jeu de cache cache avec ses yeux perçant qui finiront par se poser sur vous pour vous mettre malaise. Vous ne pourrez que les détourner car le soutenir est compliqué. Il fait peur. Les policiers ont souvent tendance à parler dans son dos en disant qu'il serait un dangereux tueur si un jour il changeait de camps. Car il en avait les yeux. Ceux des prédateurs. Son élégance et son raffinement ne fait que renforcer ses impressions. Tous ses gestes sont lents. Langoureux.

Pourtant vous avez réellement devant vous un assassin qui s'est caché derrière l'un des meilleurs statuts du monde : Psychiatre spécialisé en psychologie criminelle. Vous le trouvez froid en temps normal ? Sauvage ? Alors vous n'avez pas vu le masque tombé. Le voir ricaner. Se moquer de votre peur. Vous torturer. Boire votre sang. Il ne possède aucun état d'âme. C'est un monstre en puissance. Il n'a aucune limite et cherche toujours à faire en plus original. Schizophrène il l'est, le sait et s'en branle à un point inimaginable. C'est ce qui le rend encore plus dangereux.

Un chien en chaleur masochiste, c'est ce qu'il est dans un lit. Il aime la violence. Se mettre à quatre pattes. Soumettre par un homme brutal et violent. Se faire défoncer. Il affectionne de contrôler ses dominants. Mais il adore encore plus les hommes capable de lui fermer le bec et prendre le contrôle de ses envies pour le faire planer comme un drogué. Sadique, pervers, obsédé. Rien ne l'arrête. Ses penchants fétichistes sont sa plus grande faiblesse au pieu. Autant dire qu'il offre un visage totalement différent de ce qu'il renvoie. Dire qu'on pourrait croire dur comme fer que c'est un dominant dans toute sa splendeur. Alors que non finalement. Dans ces moments, il devient rieur. Narcissique au possible. Joueur. Moqueur. Il fait sa petite pute.

Physique :

C'est un roux... Ou un beau rouquin si vous préférez. Il a toujours assumé la couleur de ses cheveux même si parfois beaucoup de monde se faisait lourd sur son dos en disant qu'il puait. Ou alors qu'il était un Vampire... et remplie de conneries dans le genre. Ah les préjugés. Ils ont la vie dure. Pourtant, il a su y faire la nique. Il arbore sa chevelure courte rousse sans complexe. Ses beaux yeux noisettes offrant un magnifique contraste. Son visage à la mâchoire carré se fait masculin à souhait. Sa peau blanche bronze facilement. Il aime bien parfois aller s'offrir des Uv pour la dorer un peu.

Dans l'ensemble il arbore un physique athlétique. C'est une force tranquille. Musclé sans excès. Il possède une belle carrure du haut de son mètre quatre-vingt-dix-neuf pour presque cent kilo. Mais ne cherchait pas de graisse vous n'en trouverez pas. C'est un homme qui aime s'entretenir en faisant du sport tous les matins. Vous avez envie de baver un peu ? D'accord. Ses ados c'est des belles tablettes de chocolat. Non pas celle des crâneurs de salle de gym qui ont plus de muscles que de cerveau. Non non. Lui c'est la belle tablette naturelle sans gonflette. Ce n'est pas assez pour vos glandes salivaires ? Ok ! On va essayer de faire mieux !

Matez le nu sous la douche alors. Quand l'eau chaude coule le long de ses courbes parfaites. En parfait voyeur, vous regarderez sans aucune doute en premiers ses fesses bien fermes. Ben oui des yeux c'est fait pour voir ! Pas pour mettre dans sa poche ! Après on pourrait divaguer entre ses cuisses bien fermes aussi. Miam... ou alors remonter pour observe ses hanches étroites... ou encore... ce pu**** de dos musclé. Allez dessiner les contours de tous monts et merveilles donne le vertige. Ou alors on pourrait redescendre sur ses belles jambes... Punaise, on se dit qu'il aurait pu être mannequin ce type ! Il aurait fait fureur ! Et ses bras ! Bon sang ! On n'y avait pas fait gaffe... Il se lavait les cheveux. Ils sont forts... rassurants... On aimerait bien qu'il nous enlace rien que pour les avoir autour de soi. Mince on fait seulement le gros zoom sur ses épaules ! Il rentre cela comment dans une chemise ?! Se caler tout contre cela doit friser l'indécence...


Passé du Personnage

Quand la Mort prend corps.

Nous avons tous à un moment où un autre, pendant notre enfance, un parent qui nous a dit que les monstres... les vrais monstres n'hésitaient pas. En grandissant, on apprend que c'est un mensonge. Pourtant ce n'est pas si grave dans le fond. Cela ne change pas réellement votre vie de savoir cette vérité. La Mort par contre, c'est différent. On ne peut pas préparer un enfant à la voir. A la croiser. C'est impossible. Elle nous fait trop peur pour cela. Son nom est tabou... On aimerait qu'elle ne soit qu'une chimère. Une légende dont on se rit le soir, autour d'un feu de camps, avec des amis en buvant une bière.

Ce jeune enfant ne savait pas ce qu'elle était. Il n'en avait jamais entendu parler du haut de ses six ans. Comment aurait-il pu prendre conscience de ce qui se passait sous ses yeux innocents ? Il lui était fondamentalement impossible d'en avoir une vision réelle. Un soir comme un autre, alors que sa nounou de dix huit ans le gardait, il vit son chat revenir à la maison, s'installer dans le salon, et mourir. Il vomisse plein de sang sous ses prunelles noisettes. Se tortiller sous la souffrance. Et tomber, tremblant, respirant vite... jusqu'à finir inerte. Se raidissant lentement sur le sol. Lui l'observa. Scruta cette couleur rouge sombre étalé sur le parquet. Pas de peur. Pas de cris. Pas de larmes. Il prit juste l'animal dans ses bras, le gifla pour le punir de s'être rendu malade. Puis le conserva contre lui. Il chantait une cantine tout en le berçant.

Ses parents le lendemain, le trouvèrent dans son lit, le cadavre raide du chat sous les draps, la tête posée sur l'oreiller près de son visage. La nounou ne put jamais expliquer le pourquoi du comment. Le sang dans le salon avait été nettoyé par le petit garçon. Ses parents avaient fini par lui demander ce qui était arrivé, mais se heurtèrent à un mur de silence. La seule chose qu'il répétait est que son chat avait fait une bêtise, il l'avait puni et maintenant il resterait avec lui. Plus le droit de sortir dehors. Pris d'un immense doute, ayant peur que cela soit leur fils qui ait tué l'animal, ils lui retirer par la force l'animal décédé. Le vétérinaire constata que le chat en question était mort empoisonné au tue limace. Donc leur fils était innocent et cela les rassura. Mais pas pour longtemps malheureusement.

Inquiets, ils envoyèrent Joshua à l'hôpital pour être sûr que leur fils ne s'était pas "injecté" lui aussi du poison sans le vouloir. Oui et non au final. Il en avait des traces dans le sang sans pour autant que cela soit vraiment dangereux pour lui. Après cela tout alla vite, trop vite pour eux. Joshua devient lentement un monstre. Tuant chaque animal qu'il avait le malheur de vouloir prendre à la maison. Chiot... Oiseau... Lapin... Rongeur... Même s'il finissait mordu, griffé, ou encore blessé plus gravement. Il les étranglait sans aucune émotion dans le regard, jusqu'à ce que l'animal périsse sous ses petites mains, pour les câliner ensuite avec tendresse. Leur chantant des cantines. Ses parents commèrent en avoir à la fois peur et a en ressentir de l’écœurement. Sa mère n'arrivait pas à croire qu'elle avait donné naissance à monstre pareil.

Le couvercle de cocotte minute explosa le jour où sans rien vouloir faire de mal, leur fils pris dans ses bras le bébé de sa tante et le berça en chantant les mêmes cantines qu'aux animaux qu'il tuait. Le nourrisson s'était mis à hurler à plein poumon et lui demeurait stoïque à ses cris incessants. Mais le sang de tous les convives se glacèrent dans les veines quand il eut le malheur de dire à ses tantes qu'elle devrait le punir en l'étranglant pour qu'il arrête de se faire mal en hurlant comme cela.

Une semaine plus tard, ils l'abandonnèrent au bon soin d'un hôpital psychiatrique. Ils ne voulaient plus jamais le voir. Le dégoût. L'horreur de cet enfant était trop grand pour eux l'endurer.
L'abandon et la convalescence.

John Anderson était psychiatre et malgré son statut, il n'arrivait pas à trouver les mots qu'il aurait fallut pour l'enfant de sept ans qui se tenait devant lui. Comment lui expliquer pourquoi ses parents ne venaient pas le voir ici. Pourquoi il ne reviendrait plus jamais le voir. Comment lui dire : Ils t'ont abandonnés parce que tu es un monstre pour eux. Une honte que ta mère n'assume pas d'avoir mise au monde.

Lui ne voyait pas un monstre. Il ne voyait qu'un beau petit garçon roux aux grands yeux noisettes. Triste. Gentil. Se recroquevillant sur lui même dans sa peine. Un petit être qui avait mal compris du haut de son jeune âge ce qui s'était passé sous ses yeux innocents. Il avait de la peine pour lui. Il s'évertua à le "soigner". A lui faire comprendre son erreur, même si cela ne fut pas simple tous les jours.

Dans les grandes lignes des trois années qu'il avait passé dans cet hôpital, il aurait pu en retenir ses colères quand il n'arrivait pas à reproduire la couleur du sang. Il pensait que c'était important d'avoir la même quand il dessinait son chat mort. Ses moments de douceurs, où il se blottissait dans ses bras, en l'appelant papa pour s'y endormir. Ses instants où il s'égarait en disant qu'en les étranglant comme il le faisait, il les empêchait de faire des bêtises. Sa prise de conscience quand il eut un lapin dans une cage et qu'il comprit qu'il les tuait et qu'en les étranglant il ne faisait rien de mieux, mais la même chose au final, mais d'une autre manière. Son intelligence quand il réussit ses devoirs avec brio et se montrait être un petit surdoué.

John était attendrit par tend de tendresse venant de cet enfant que l'on avait traité de monstre. Il savait qu'il s'était construit des mauvaises bases depuis la mort de son chat, le rejet de ses parents, mais il voulait l'aider à revenir sur cette route qu'il n'aurait du jamais quitter. Son épouse stérile et lui décidèrent de l'adopter. A ses dix ans, pour son anniversaire, il eut le bonheur de découvrir celle qui serait sa nouvelle mère et qui était devenu son papa. Fou de joie, il les appela papa et maman. Pleurant son bonheur.

De Siegfried Parker, il était devenu Joshua Anderson. Son père adoptif ayant fait des pieds et des mains pour qu'il puisse changer de prénom au passage. Pour qu'il puisse commencer une nouvelle vie, avait-il dit avec conviction.
Mi Ange, mi Démon... des ailes en demi teinte.

Élève brillant. Il se trouva bien souvent deuxième et premier de sa classe. Épanoui, il vivait heureux après de ses parents aimant. Même quand ils se montraient fermes avec lui, il ne ressentait aucun pincement au coeur. Son père lui disait que les limites étaient faites pour qu'il puisse grandir dans un bon équilibre. Et lui les acceptait volontiers. Il savait qu'il pouvait se confier à son père tout comme à sa mère. Il leur cachait rarement quelque chose. Néanmoins son enfant chez ses parents biologique demeurait tabou à ses yeux. C'était une page qu'il désirait déchirée dans son livre.

Son père avait désiré qu'il continue de voir un de ses collègues au cas où il aurait envie de parler de quelque chose qu'il n'avait pas forcément envie de partager avec ses parents. Car comme son père disait, parfois c'est plus simple de se livrer à un ami qu'à sa famille. Mais la réalité était surtout que John, son père adoptif savait pertinemment que l'adolescence serait un moment crucial pour son passage à l'étape adulte. Le moment le plus important où rien ne devait venir vicié sa compréhension du monde. Ses repaires. Car il était conscient que s'il basculait à ce moment presque rien ne pourrait le faire revenir cette fois. L'enfant avait goûté sans s'en rendre compte au meurtre, sur des animaux,oui, mais il l'avait fait quand même. Si son psychisme basculait à nouveau, cela serait un humain qu'il tuerait.

Joshua allait donc voir Steve. Avec lequel au fil du temps il avait tissé un étrange lien sans que son père ne le sache. Ami de la famille, il connaissait bien Joshua. Autant par le fait de ses visites au cabinet que pour les dimanches à la maison. Ils se tutoyaient. L'adolescent était précoce et lui racontait ses frasques charnelles avec ses amis. Le fait qu'il se positionnait en voyeur et non en jouisseur direct des actes. En maître instigateur et non en participant. Steve avait compris depuis un moment qu'il développait la faculté de manipuler les gens qui l'entourait et ce n'était pas très compliqué avec son physique. Il était beau et le savait. Sportif, il affichait déjà à seize ans une belle carrure.
Flashback


Assis confortablement dans un fauteuil, les jambes croisées, Joshua leva les yeux au plafond.

- Mon Dieu ! Steve ! Tu n'attires que les connes ou tu choisis à l'arrache ?!

- C 'est la vie ! Que veux-tu ? Avec mon travail, je n'ai pas vraiment le temps de faire de grande sélection dans le domaine.

- Je t'en prie. Ne joue pas à ça avec moi ! Cela combien d'années que l'on se connaît ? Cela fera huit ans dans trois semaines.  On s'est rencontrait pour la première fois à mon dixième anniversaires. Papa t'avait invité à la fête.

- Huit ans déjà..., murmura Steve songeur.

- Oui, donc tu ne me la racontes pas. Je pense juste que tu es tellement pressé de trouver une personne, qui partage vraiment tes goûts en sadomasochisme, que tu es prêt à faire le tour des plus grandes tarées pour y arriver. Sauf que tu commets une belle boulette en faisant ainsi !

- D'accord ! Je t'accorde le fait que ma méthode est juste merdique. Mais je devrai faire quoi alors ? Mettre des petites annonces sur des sites spécialisés ? Je l'ai déjà fait et cela ne donnait rien de bon non plus !

- Arrêtez de vouloir midi à quatorze heures ! D'aller chercher à l'horizon ce que tu as déjà en face de toi !

Steve pencha la tête sur le côté :

- En face de moi ? répéta-t-il perplexe.

- Oui... tu es un homme agréable. Beau. Tu es bien conservé malgré tes cinquante-cinq ans. Tes tempes grisonnantes te vont à merveille et te donne beaucoup de charmes. Tu es bien entretenu. Tu n'as pas de ventre... Mince... portant le costard impeccablement.

Joshua laissa un blanc.

- Tu me plais énormément et je partage tes goûts pour le SM.

Steve le dévisagea très surpris.

- Tu vas me sortir quoi comme excuse dit-moi ? Que tu n'es pas bi peut-être ? Cela serait un mensonge et tu sais pourquoi ? Parce qu'il n'aurait pas fallut que je remarque que tu bandais quand je te raconte mes frasques charnelles avec mes amis. Et je suis sur je te plais suffisamment pour que tu te fasses des minis films sur ce que tu pourrais me faire si tu me tenais entre tes mains.

- OK ! OK ! Répondit l'intéressé en levant les mains devant lui comme pour rendre les armes. J'avoue ! Oui ! Tu me plais, toi et ta façon d'être ! On a des goûts très similaires et est oui, cela m'excite !

- Ben voilà ! C'est pas si compliqué à avouer, finalement.

- Oui, mais je ne veux pas a avoir le sentiment de trahir ton père.

- On ne trahit pas une personne qui l'ignore...

- Et tu n'as même pas dix huit ans !

- Je les aurai dans trois semaines...

- Décidément tu as réponse à tout !

- C'est toi qui va chercher trop loin.

Joshua se leva de sa place, son regard ancré au sien et vint s'asseoir sur ses genoux.

- Ecoute..., vint-il murmurer à son oreille. Fait abstinence trois semaines... Vient à mon anniversaire et tu m'auras tout entier quelques jours plus tard. Il lui lécha le lobe de l'oreille. Tout n'en tient qu'a toi d'être discret et d'oublier tes états d'âmes... Et oubliez aussi les lèvres sans intérêt mon beau renard...

Sur ses dernières paroles et pour lui clouer le bac alors qu'il allait sans aucun doute lui sortir une excuse bidon, il l'embrassa à pleine bouche. Sa longue franchissant la barrière de ses lèvres, de ses dents, pour venir faire valser avec indécence sa jumelle.  Un long et langoureux baiser.  Quand il se retira, il ne vit qu'un homme vaincu par ses désirs.

- Au fait... je prépare mon concours d'entrée pour l'université de médecine pour devenir Psychiatre moi aussi. Papa pense que je vais le réussir haut la main. Mais, j'ai envie d'une orientation sur la psychologie criminelle. C'est très intéressant, je trouve.

Steve marmonna un : "tu m'étonnes" qui fait rire Joshua joyeusement. Ce dernier laissa son regard glisser sur l'horloge.

- Il est l'heure que j'y aille ! Désolé pour ton érection. Il faudra que tu te la mettes sur l'oreille pendant trois semaines ! Bon courage !


Fin flashback

Trois semaines plus tard mes deux hommes devenaient amants au nez et à la barbe du père. Joshua était admis deux mois après à l'université et prenait une orientation criminelle qui rallongeait son cursus de quatre ans. Au lieu des six années prévu à la base, il allait donc en faire dix. Donc deux ans de science médicaux légales et deux ans de droits criminels.
Une malédiction ?

Alors que ses études se passaient sans aucunes ombres au tableau. Que sa liaison avec Steve le comblait dans tous les sens du terme. Ses parents qui étaient partis en voyage, en tête à tête, pour fêter leur trentième anniversaires de mariage, furent tués sur la route du retour par le chauffeur d'un camion qui s'était endormi au volant. Ils furent tuer sur le coup. A vingt-deux ans, Joshua finissait pour la seconde fois orphelin.

Oh son père ne l'avait pas laissé dans le besoin. Il avait été prévoyant. Entre une coquette somme venant de l'assurance vie... La valeur de la propriété familiale et des places judicieux qu'il avait fait. Joshua se retrouvait loin du besoin et avait de quoi de vivre confortablement tout en continuant ses études. Sans faire d'excès bien sûr. Et si lui, s'y prenait bien, il pourrait faire fructifier tout cela.

La douleur était là. Présente. Même si aucune larme ne coula. Il parti vivre chez Steve. Mais, il y avait un mais... Leur jeu SM ne lui suffisait plus. Et il se mit à cumuler les liaisons teintées de violence. Les manipulant juste pour avoir le plaisir qu'il cherchait dans la douleur. Ses notes de l'autre côté demeuraient toujours aussi bonnes. Il était brillant... trop brillant dans la folie qui s'emparait lentement de lui.  Il fantasmait son premier meurtre. Steve avait bien compris qu'il allait mal. Que ses multiples liaisons cachaient son mal être. Mais il refusa toute aide. Steve fut d'ailleurs sa première victime humaine. Son premier test. Son amant... Son amour... Steve... Il était la trace de son passé heureux. De ses sentiments de joie. Des meilleurs instants de sa vie. Et Joshua voulait arracher ses pages pour s'en éloigner et recommencer à nouveau. Il fallait donc qu'il disparaisse même s'il l'aimait comme un fou malgré toutes ses infidélités.
La renaissance dans le chaos.

Il l'avait tué... et... il découvrit que Steve n'avait personne. Il n'avait plus de famille. Et qu'il avait fait rédiger récemment un testament faisant de lui son héritier. Il se retrouva encore avec une propriété et un bel avancement financier. Pourtant... Lui qui avait tellement voulu arracher toutes ses pages n'eut pas la force de le faire totalement. Il ne put se résoudre à se séparer totalement de lui... Il l'aimait comme un dingue. Il ne faisait que rêver de lui, nuit après nuit. Il l'entendait encore lui dire "je t'aime" au creux de l'oreille. De l'autre, il ne regrettait pas de l'avoir fait. Il était conscient que leur couple battait de l'aile à cause de lui. Il n'aurait pas pu supporter de le perdre. De le voir partir avec autre. Non... Maintenant il était mort et leur amour était sauf. Préservé de tout. Steve fut incinéré. Ses cendres placés dans une petite urne funéraire sceller, de la taille d'une coffret précieux. Joshua fit la demande pour la conserver avec lui et en obtenu l'autorisation de le faire.

Durant ses études, il cumula aussi bien les amants, les pots de colle que les notes brillantes. Les hommes amoureux transi de lui défilèrent mais, c'était fini. Il ne pouvait plus s'ouvrir à eux. Il demeurait avec le fantôme de Steve. Il l'aimait toujours. Dans le même temps, il avait grand ouvert la porte de ses abysses. Se laissant aller à tuer en modifiant à chaque fois sa méthodologie qui aurait pu le trahir. Pas de signature... C'était devenu sa marque. Il connaissait sur le bout des doigts les procédures, les erreurs, la façon dont on montait un portrait à partir de votre façon de faire. Alors il les évitait les uns après les autres.

Ses vingts-neuf sonnèrent à la pendule de sa vie et sorti premier de sa promotion, virant au passage son amant de professeur qui ne lui savait plus à rien. Psychiatre spécialisé en psychologie criminelle, il se mit à bosser très souvent avec la police. Ses résultats furent vites reconnus tout comme ses compétences.

Une vie confortable. Une métier où il excellait. Une existence entre nuit et jour. Les ténèbres fermaient les rideaux sur le politiquement correct. Et la lumière lui redonnait sa respectabilité.

Les aiguilles de l'horloge qui tournaient inlassablement n'arrivait pas à tarir l'amour qu'il portait toujours à Steve. Et aucun homme, même le plus tendre n'arrivait à prendre sa place dans son coeur.

De l'autre, Joshua s'offrait le luxe d'un meurtre tous les six mois pour se divertir. Faisant parfois le copycat d'un célèbre tueur en série. Il améliorait la technique et en tirait un orgueil sans faille de le rendre parfait.
Flashback

- Ecoute Charles... Je sais que tu ferais n'importe quoi pour moi, mais je ne peux pas répondre à tes sentiments. Entre nous ce n'est que de la baise. Rien d'autre. Est-ce que tu peux comprendre cela ?

- Je ne te comprends pas ! Nuance ! Tout va si bien entre toi et moi ! Alors qu'est ce qui ne va pas ? Pourquoi me dire non sans cesse ?

- Parce que je ne t'aime pas ! Par ce que je n'ai que de l'affection pour toi ! Et... J'en aime un autre !

Le dénommé Charles se rembrunit.

- Et on pourrait savoir qui ?

- NON ! Cela ne te regarde pas ! De toute façon ne cherche pas ! Tu ne pourrais pas le trouver même avec la meilleure volonté du monde !

Joshua s'énervait, chose rare. Ce qui surprenait grandement Charles et il soupira.

- Calme-toi. D'accord ? Explique-moi... que je puisse comprendre alors.

- Je ne peux rien te dire. Maintenant, il vaut mieux que tout s'arrête entre nous. Tu m'aimes et moi je ne peux pas répondre à ton amour.

Le tic-tac de l'horloge du salon s'imposa dans le silence pensant qui emplisse la pièce quand Joshua claqua la porte pour ne jamais revenir.
Fin du flashback

Le bilan de la quarantaine


Sa carrière n'avait plus rien à envier aux plus grands Profilers américains. Il avait bossé à travers l'Europe. Même en Russie. Avec toutes les Polices. Sa réputation n'était plus à faire.

Célibataire endurci. Solitaire de coeur. Steve n'avait pas quitter son coeur. Et dans le fond, il n'avait aucune envie que cela change. Il l'aimait et cet amour était sacré à ses yeux.

Son boulot maintenant l'entraînait en Chine. On lui avait proposé un poste de professeur en université pour former de nouvelle recrue dans la psychologie criminelle. De l'autre, il pourra toujours collaborer avec la police locale sur des affaires difficiles.
Son Shadow et lui...


Qui aurait soupçonné un gosse de six ans d'avoir le vice d'empoisonner son chat avec le tue limace du voisin ? Personne. C'était pourtant ce qu'il avait fait avec la complicité de la voix qui résonnait dans sa tête, pour punir l'animal qui refusait de venir dans ses bras. Joshua n'avait que sept ans quand il le vit prendre forme sous ses yeux et devenir son meilleur ami. Il se plongeait souvent entre ses tentacules végétales pour oublier tout ce qu'il avait autour de lui. Pour sentir la délicieuse morsure de ses épines sur sa peau qui ne le blessaient jamais. Juste une chaire de poule d'ivresse marquait son être.

Cross était le nom qu'il lui avait donné. Oh on ne le vit jamais parler seul et pour cause, tout se passait dans sa tête. Ses lèvres n'avaient pas besoin de bouger pour qu'ils communiquent ensemble. Rendant leur complicité encore plus sournoise. Cross était lui et lui était Cross. Il adorait cela. A deux, ils manipulaient beaucoup de monde. En grandissant c'était ainsi qu'il avait emballé Steve. Cross lui murmurait à son oreille toutes les envies qu'il avait à son égard. Le poussant à s'y abandonner. C'était ainsi aussi qu'il avait mis dans son lit ses professeurs. Des amis. Les poussant dans le vice sous l’étendard de la vertu libérée. Mais le cerise sur le gâteau... c'était les suicides qu'ils provoquèrent à plusieurs reprises. Il était si simple pour eux deux de pousser dans une profonde dépression des personnes faibles. Vulnérables. Et de les regarder se détruire à petit feu juste grâce aux murmures de Cross qui inlassablement les conduisaient vers la folie. Le désespoir. Et finalement l'envie de mourir.

Il n'y avait pas de dominant. Pas de dominé dans leur relation. Cross et Joshua se donnaient la main. Et aucun petit angelos pour jouer sur la balance entre le bien et le mal.
Aujourd'hui...


Confortablement assis davant la cheminée qui crépitait, son regard se posairt sur l'urne funéraire qu'il avait entre les mains. Il la caressait du bout des doigts.

- Steve... Je me suis longtemps menti à moi-même quand aux vrais raisons qui m'on poussait à te tuer. Arracher les pages de mon livre où tu étais présent n'était qu'une excuse. Si tu savais comme tu me rendais heureux. Te voir chaque matin, dans la cuisine, préparer le café en me souriant était comme un éternel "matin de Noël" avec toute sa magie.  Tu étais toute ma vie. Toute ma joie. Si seulement je n'étais pas tombé sur l'annonce que tu avais posé sur un site de rencontre... Je n'aurai pas eu peur de te perdre. Cette seule pensée m'était insupportable. Pour qu'un amour soit éternel, il doit mourir. Et mon coeur est mort avec toi. Mon amour. Mon tendre et seul amour...

- Alors la minute sentiment est close ? Lui demanda son double.

- Oui, elle l'est. J'avais besoin de lui dire. Qu'il le sache.

- Tu crois vraiment que les esprits existent ?

- J'en sais rien franchement. Mais on ne sait jamais.

- Ouais si tu le dis...

- C'est difficile d'avoir foi en cela de toute manière.

- Je ne te le fais pas dire ! Bref ! Alors ta prochaine victime t'inspire ?

- Je pense qu'elle est tout à fait alléchante pour me défouler un peu. Cela ne me fera pas de mal de goûter son sang. Cela commençait à me manquer.

- Cela se remarque...

- Que veux-tu ! Son goût métallique est plus enivrant que le meilleur des nectars !

Son double éclata de rire.

- J'aime t'entendre parler ainsi !

Joshua ricana.

- Que le requiem des abysses résonne...

 
Shadow
Cette section concerne ceux et celles qui ont réveillé leur shadow.

Votre sens dominant -L'instinct
Morphologie du shadow -

Son Shadow ressemble à une très grande araignée de la taille d'une personne, ayant à la place de l'abdomen une rose carnivore tentaculaire. (possédant des lianes vivantes épineuses.) Elle est de couleur noire. Et la rose est rouge sang.

Cette partie ne concerne pas les Daemons}
 
...............................................

      Partie consacrée aux Daemons ;

Animal - {l'animal qui représente vos désirs les plus enfouis : votre instinct. Selon l'animal choisi, vous gagnerez quelques uns de ses caractéristiques (pour rappeler). L'animal peut être réel ou chimérique. Mais si chimérique, une description brève est demandée}
...............................................

Cette partie est facultative.

Pouvoirs personnalisés -

Il est capable d'effacer sa présence en s'entourant "d'une brume d'ondes négatifs", qui distraient ses "opposants". Le souci, malgré qu'il soit habitué à ce servir des ténèbres pour se cacher, il peut y avoir des effets négatifs sur lui. Il peut s'y complaire et ne plus vouloir sortir de sa "cachette" s'il y reste trop longtemps, notamment.

A noter également le fait que son pouvoir s'atténue sur les gens ayant atteint le palier 3. Ils peuvent griller sa présence.


what about You ?
 
Multi-compte ? {Non}
Votre prénom et/ou pseudo ? Rosalie.
Âge ? 33 ans.
Niveau RP ? 6 ans maintenant.
Comment avez vous connu le forum ? Partenariat sur un forum.
Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous inscrire ? L'ambiance et le contexte assez "noir" du forum.
Avez-vous trouvé un code caché en parcourant le règlement ?[Bravo, tu l'as trouvé ; )]

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Trixie Valko
avatarProfilOrigine de l'avatar : Juuzou Suzuya - Tokyo Ghoul
Messages : 108
Date d'inscription : 26/08/2014

Psyché
Level: 3
Niveau de Contrôle:
6/15  (6/15)
Jauge de Folie:
11/24  (11/24)
SHES - P2
SHES - P2
MessageSujet: Re: Joshua Anderson - Fiche finie   Dim 27 Sep - 10:23
Hey !!

Félicitation pour ta fiche et je te déclare officiellement VALIDÉ
Pense également à poster une demande de logement ICI.

Sinon j'espère que tu t'amuseras bien in-RP 8D et n'hésites pas non plus à poster une demande de rp ou à y chercher un partenaire intéressant !

...............................................................

✂️ - - Abigail se moque de vous en FireBrick ou #B22222
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Joshua Anderson - Fiche finie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mignonne, allons voir si la rose..(FICHE FINIE)
» Devis Katnisse James Fiche Finie =)
» KAYLAH - Danser parmi les étoiles, virevolter autour de la lune et impressionner le soleil {FICHE FINIE}
» Un génie avec un chapeau de sorcière? [fiche finie]
» FICHE FINIE Φ prévenir.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandaemonium :: Création du Personnage :: Fiches de présentation :: Fiches validées :: Civils/Daemons-