Partagez | .
 

 Blue Valentine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lilo Brauner
avatarProfilOrigine de l'avatar : Neon Genesis Evangelion > Kaworu Nagisa
Messages : 20
Date d'inscription : 25/04/2015

Psyché
Level: 3
Niveau de Contrôle:
5/15  (5/15)
Jauge de Folie:
7/24  (7/24)
Civil - P2
Civil - P2
MessageSujet: Blue Valentine    Sam 25 Avr - 19:47






BRAUNER LILO

 


  Pastels Chaudes

Nom de code :{ça concerne les SHES}
Sexe :{M}
Âge :{14}
Date de naissance :{25/12}
Origine :{Sud-Africain both parents, il est né et a grandit au Japon}
Groupe :{civils}
Occupation :{Lycéen dans l'école de danse privée de feu sa mère, reprise par son père/ Ancien champion de gymnastique junior.}


Préférence sexuelle :{Daddy complex}
Etat du shadow :{endormi}
Palier souhaité :{II}
Précisions ?{Albinos/Il est petit pour son âge mais à cause de sa musculature il fait légèrement plus âgé/}


Les petites Bombes
C'est un battant qui possède autant de vaillance que de mesquinerie, il aime que tout tourne autour de lui, il aime recevoir de l'attention, il aime être le meilleur dans tout ce qu'il fait, et à défaut de pouvoir l'être, il aime par dessus tout écraser ceux qui risquent de le dépasser. Son maître mot est terreur psychologique, il aime jouer avec les fragilités des autres, les rouler dedans, les faire se traîner à ses pieds pour obtenir ce qu'il veut d'eux. Et il souhaite toujours quelque chose de très, très précis. Conforter sa place de petit roi partout ou il va. C'est un fils à papa, toujours tiré à quatre épingles, et même lorsqu'il ne l'est pas, il agit comme s'il était, mettant au défis quiconque de lui faire remarquer l'inverse.

Son ego vole aussi haut qu'une fusée, ses défauts ? Il les adule, pour lui il sont la représentation d'un esprit fort, d'un esprit qui gagne. C'est tout ce qui compte, il ne prend pas en compte les émotions des autres même s'il les reconnaît. Il n'a juste pas le temps de s'en occuper. Ce n'est pas qu'il ne possède pas d'empathie, c'est juste qu'il ne sait pas réagir face aux émotions des autres, alors il tente de les écraser ou alors les ridiculise, sauf lorsque ces même émotions lui rendent des louanges bien évidemment. Il recherche les regards et ne s'en cache pas après tout.

Il a beau être de petite taille pour son âge, il n'en a pas moins un caractère très dominant et acide, il est non seulement roi de son petit monde, mais aussi des commérages. Une véritable petite langue de vipères sur pattes que personnes ne peut piffer -sauf Tiffany il faut croire, mais elle est bâtie de la même manière, qui se ressemble s'assemble. Des gros mots il en connais à la pelle, malgré qu'il soit de bonnes familles il est très loin de connaître le politesse, enfin, il connaît celle d'apparat pour ses professeur et c'est à peu près tout. Il est très hautain avec tout le monde, même s'il peut paraître parfois ambiguë sur ses intentions.

Une des autres raisons pour laquelle il ne se fait jamais refaire le portrait pour toutes les âneries qu'il peut sortir, c'est qu'il sait mordre, et qu'il a de la force pour son âge, bien que son muscle ne soit pas épais, il est bien là, et il suffit qu'il tende le bras pour qu'on l'on puisse observer le muscle sec en dessous de la peau. Il a eu la chance d'hériter de l'ossature de chat de sa mère, ce qui le rend moins imposant de carrure, mais ceux qui le connaissent un peu savent qu'il ne faut pas lui chercher noises. Il sait vous trouver, et d'ailleurs, viens vous trouver de lui-même. Il n'a pas toujours été violent physiquement, mais depuis qu'il s'est fait rejeter par son père ses poings on souvent besoin de se détendre, souvent sur celui-ci d'ailleurs, mais parfois cela ne suffit pas.
Vous l'aurez compris, Drama queen all over the place ahah.

*Parlons de Tiffany ! Il s'agit donc de la meilleure amie de notre jeune homme. A eux deux, ils sont la pire paire de pestes et de sales gosses possibles. Il l'adore, et adore sa famille. La jeune fille a aussi un gros capitale argent sur lequel elle repose, mais celui-ci est bien différent de notre protagoniste. En effet la maman de la gamine est stripteaseuse professionnelle et elle tiens plusieurs boîte de nuits branché et un peu olé (sans prostitution tout de même) des quartiers chauds. Et son père est « pdg » comme on le dit si bien, en réalité il est directeur d'une boîte de jeux vidéos érotique à très gros succès, il supervise même les produits dérivés de ceux-ci. Autant dire que la famille est très open sexuellement parlant. Ce qui est étonnant est que se sont sûrement les gens les plus gentils du monde, à se demander comment ils ont pu concevoir une enfant pareil, mais on ne s'étonne plus en remarquant qu'ils sont d'un laxisme extrême, et qu'ils sont peut-être un peu trop libre sexuellement, puisque la petite est au frais sur le sujet depuis un bail à présent. Notre protagoniste les considère comme sa deuxième famille, il appelle même cette femme « maman », elle qui lui apprend le pole dance « parce qu'il est cute sur une barre » et que les deux oisillons on même le droit de pratiquer dans l'un des bars les plus huppés (et le plus surveillé aussi).



Drama Queen
Décembre, noël. C'est l'heure de l'émerveillement, des festivités. Du monde qui chante et danse aux quatre coins de la planètes. Des banderoles scandant 'merry christmas' s'étale dans la majorité des grandes métropoles. Pourtant, une femme va mourir ce soir. Elle n'y est pour rien, n'y personne d'autre d'ailleurs, c'est la vie comme on peut l'entendre de par et d'autre. Certain sont fait pour y survivre, d'autre non. Certain sont fait pour souffrir, d'autre pour sourire jusqu'à leur lit de défunt. Les uns crie et s'évanouisse dans la fleurs de l'âge, puis il y a ceux qui s'endorment le regard fatigué et le visage marqué par les années. Elle était belle, danseuse dans les ballets. Ce fut une longue nuit, tel un mauvais rêve pour l'homme qu'elle aimait, et qui le lui rendait bien. Un peu trop même, peut-être n'aurait-il pas dû, puisque le fruit de leur amour, qui devait sortir de ses entrailles, emporta son souffle tout en venant à la vie.

Le roi est mort vive le roi !

L'amour a été tué cette nuit, mais un autre viens de naître. C'est les joues ravagées par les larmes, que l'homme à la barbe impeccablement rasés, aux muscles seyant, tiens son enfant contre lui. Son Fils, l'unique preuve de ce qui a été. Les gènes mélangés, tout ce qu'il reste de sa beauté, de leur beauté. De deux tourtereaux trop parfait l'un pour l'autre, sans histoire, sans passé tragique. Peut-être trop parfait pour que la vie elle-même puisse trouver leur unions acceptable.

Le garçon a du talent c'est vrai, surtout celui de capter l'attention de son papa, il n'existe que pour lui, l'inverse est vrai aussi. Le père de famille à peur que son fils souffre de ne pas avoir cet amour maternel auprès de lui, il n'arrive pas à relancer sa flamme avec d'autre, alors il tiens le rôle du tablier maternel tout aussi bien que celui du paternel. L'enfant ne se plaint pas, il ne s’est jamais plains, il ne se plaindra jamais. Il n'existe que par les yeux de cet homme qui le souhaite prodige, qui le veut heureux, heureux à tout prix, même celui de son innocence fasse à la cruauté du monde.
Il était lui aussi talentueux dans sa jeunesse, et sa promise de même, lui, gymnaste de haut niveau, elle....elle qui enflammait les planches sous ses entre-chats. Pas à pas, c'est donc sur cette même voie qu'il engage leur unique engeance. Des qualités, il en a, il a surtout de la volonté, celle de plaire, celle d'être idéal. Car il n'y a rien de plus doux que d'entendre les compliments, de toutes part, surtout ceux de celui qui l'élève. Il se concentre sur la gymnastique pour lui faire plaisir d'ailleurs, lui préfère la danse. Mais qu'importe, il ferait n'importe quoi pour lui plaire.

Ou peut-être pas. A céder aux caprices des enfants, ceux-ci deviennent naturellement capricieux. Le veuf se rend bien compte qu'il empile les pression de réussite sur les frêle épaules de son enfants. Ça le bouffe de l'intérieur, qu'il ne le contredise jamais, même s'il n'est pas dupe et vois bien qu'il le fait parce qu'il le lui dit, pas par plaisir. Mais qu'y peut-il ? Il ne veut que son bien, que le voir briller aussi fort qu'eux. Mais est-ce seulement possible ? Qu'un seul brille pour deux. Alors il cède, le couvre et recouvre de cadeaux. La moindre de ses exigences ? Réalisées dans la mesure du possible. Être ancien grand champion aide, avoir repris l'une des grandes écoles de danse de sa femme aussi, il a l 'argent pour, et son seul plaisir est de le dépenser pour son fils unique.
Plus il le noie sous les objets, plus il se décarcasse pour lui, prenant toutes ses merveilles pour de l'amour, celui qu'il lui offre à défaut d'avoir le droit de lui en donner un autre. Le garçonnet est malheureusement amoureux, oh oui, mais cet amour est interdit, il le sait bien.

Il le sait et s'en contre-fiche. Rien n'est plus beau que l'amour, rien n'est plus fort que celui-ci, n'est-ce pas Papa ? C'est ce qu'il lui a toujours appris, l'amour le plus pur finit toujours par gagner le cœur de celui a qui il est attribué. L'enfant à des rêves, il rêves de dormir dans les même draps que son géniteur. Et qu'importe la morale, qu'importe les rumeurs. Mais à son insatisfaction, c'est une vision à sens unique. Bien sûr il ne l'accepte pas, il se dit qu'il est timide, qu'il n'ose pas. Que le tabou si bien ancré dans son cerveau d'adulte l'empêche de lui montrer, de lui donner la preuve. Mais lui, lui les trouve là ou il n'y en a pas, les trouve de partout. Lorsqu'il lui dit qu'il est beau comme sa mère, parce que oh que oui, sa mère était belle, belle à s'en damné à un veuvage à vie, une fois privée d'elle. C'est le plus beau compliment du monde. Parfois il se dit que c'est peut-être parce qu'il est en vie qu'il ne peut pas l'avoir, puis il se traite d'idiot.
Il a bien été éduqué voyez-vous, il sait ce qu'il faut faire pour atteindre n'importe quel but : travailler, encore et toujours, refaire les même pas, mêler à l'intérieur un peu d'audace. Il faut impressionner, être constamment meilleur, constamment le plus beau, pas juste une fois, pas juste une misérable fois. Il faut l'être toute une vie. La pression est tellement forte, il ne veut que son attention mais ne sait pas comment l'obtenir, ou en tout cas plus que ce qu'il ne reçoit déjà. Plus, ou plutôt de manière différente.
La frustration peut être tellement grande parfois. C'est tout entier qu'il a envie de se donner à lui, et de le posséder en retour. Mais il n'a rien, ni l'un ni l'autre. Alors il a tordu ces petites lèvres en une moue désagréable, il a fait son champion. Parce qu'il est de cette graine là n'est-ce pas ? Ceux au dessus des autres ont tout les droits. Très vite après être rentré dans l'école tenu par son père, il a instaurer sa petite lois dans son groupe. Tiffany régnera en reine et lui sera le roi. Et toutes les autres filles auraient intérêt à baisser les yeux et fléchir leur jambes, à l'arrière des vestiaires, parce que c'était eux qui commandaient, nommaient qui avait le droit d'être bon et qui ne l'avait pas. Une tyrannie qui passe inaperçu dans les yeux des spectateurs, sur scène, lors des ballets.

Son sourire favoris ? Le rictus. Il est amer, pour un enfant. Son amertume heureusement pour lui, il ne la garde pas, il ne s'en garde pas, il l'embrasse tout entière. Il le sait bien, ceux qui réussissent on mauvais caractères, c'est parce qu'il faut tout mettre en œuvre pour réussir, même vendre son humanité au diable. C'est une pipelette qui sait faire claquer sa langue comme une vipère, et il l'use de cette méthode jusqu'à ce que le monde s’essouffle à ses pieds. Même son père à abandonner l'idée de le rééduquer, c'est celui qui commande, lui qui a son mot à dire sur les conquête d'un soir de l'homme.

Aucune n'est assez bien pour le jeune garçon. Elles sont toutes....toutes trop amoureuses. Et c'est bien connu, il n'y a que lui qui a le droit d'aimer son père ainsi.
L'heure tourne, le père tant attendu n'est toujours pas rentré. Lui est une femme au foyer parfaite, il a tout de même tout préparé, il a laissé la table impeccable, bien dressé. Il a attendu toutes la soirée , les boyaux tordu par la faim et l'inquiétude. Il a dégommé ses ongles jusqu'aux sang en priant pour que rien ne lui soit arrivé. Parce que l'homme avait l'habitude de revenir un peu bourré diront nous. Il n'a jamais été méchant, ça non, mais disons qu'il ne se rappel jamais de bien grand chose dans ses cas là. C'est lui, lui le fils qui parfait qui s'en occupe lorsqu'il reviens, le déchausse, le dévêtit avant de le glisser dans le lit en le bordant, lui qui lui tiens la main pendant que l'autre pleurs de douleur et lui parle jusqu'au bout de la nuit, du parfum de sa mère.

Mais il prend plus de temps que d'habitude cette fois-ci, jusqu'à ce qu'enfin, la porte claque. Un peu plus sèchement que d'habitude. Aussi. Il voit les chaussures valser sur le plancher alors qu'il s'approche pour l'accueillir. Il n'a pas peur, il va à sa rencontre, lui demande comment ça c'est passé ? Le bar, tout ça...mais rien, pas de réponses. Il a l'habitude, tellement.

Des habitudes, tout ça, il sait, il savait jusque là.

Il ne sait plus rien lorsque son père le prend dans ses bras, murmure son prénom mêlé à l'arôme du jack daniels, c'est fort, ça lui donne de l'amertume. Ça lui attache un petit quelque chose de viscérale. Ce fut si simple. Il ne portait même pas de ceinture. Il n'est pas aller bien loin remarquez. Juste une main importune, entre les cuisses. Par dessous tout les tissus. Juste sa voix graveleuse qui lui dit qu'il sent bon. Et lui qui serre sa gorge, qu'il lui répond qu'il a fait des cookies. Il le serre si fort contre lui, parce que ce n'est pas violent, ce n'est même pas méchant. La voix lourde et enrayé et même suave de son père contre son oreille. Il n'a fait que le toucher. Jusqu'à obtenir quelque son qui lui parurent étrange lorsqu'ils quittèrent sa gorge, mais point dérangeant. Il les avait déjà produit après tout, avec les filles du classique.

Il ne l'a même pas embrassé, c'est à peine s'il lui a jeté un regard. Ça lui a donné l'impression de l'avoir poignardé au cœur, alors que l'homme se rendait compte, puis sans même avoir la décence de s'excuser, pour qu'au moins la morale l'excuse, il va se coucher lui-même, comme s'il avait sut faire depuis tout ce temps.

Ils n'en n'ont pas parlé,ni le lendemain, ni le surlendemain. Tout laisse à présager que le père avait tout simplement oublié, rayé cette image de sa mémoire, comme un moment de perdition dont personne n'a le droit de prononcer le nom. Mais le mal était déjà fait. L'enfant était convaincu maintenant, il avait envie de plus, il voulait l'entendre le lui dire.
Aime moi, aime-moi papa. Et l'on se fiche de la morale hein ?

Un autre soir, l'homme remis du temps à rentrer. Alors son cœur a battu plus vite que d'habitude, et il s'était dit que peut-être, peut-être s'il ressemblait encore plus à sa mère....il a pris le maquillage, en a orné son visage, il a choisis les dentelles longtemps enfermé dans les cartons, porté son short le plus court, son haut un peu évasé, celui dont il avait entendu que ça faisait Pd. Et lorsque la porte claque, c'est d'une timidité qu'il ne se connaissait pas qu'il descend les quelques marches. Il n'a rien préparé à manger, il n'avait pas faim, et la seule nourriture qu'il souhaita que son père dévore, c'était lui.

Les enfants ont une sorte de beauté propres qui leur fait croire aux rêves les plus fou, même lorsqu'ils sont trop beau pour être vrai.

Il faut croire que cette nuit là, l'ancien champion n'était pas assez bourré, n'en avait passez pris dans le nez, ou où que se soit d'ailleurs. C'est ivre de colère, ivre, car de son état, et colérique, car soudain la mémoire refit surface chez lui. La honteuse, vilaine petite bête, le chat noir dont personne ne veut se souvenir. C'est les insultes qui ont plut, tel un torrent soudain relâché sur le petit roi auto-proclamé, il a vu sa couronne tomber à ses pieds.

Mais il ne s'est pas effondré, les battants ne pose pas genou à terre, il lève le glaive et déchire leur adversaire. Il c'est mis à hurler lui aussi, peut-être même plus fort que la grosse voix, il a pleuré plus fort que lui aussi, il c'est débattu lorsqu'il a tenté de l'attraper. Il l'a mordu et griffé et l'homme à du le traîner jusqu'à la salle de bain pour le mettre sous la douche tout habillé. Il lui a mis le jet d'eau dans la figure, à défaut de pouvoir le démaquiller sans embûche. La salle de bain s'est mise à ressembler à un champ de bataille, tandis que le père essayait de faire en sorte que son fils retrouve la raison, et que le fils crachait le venin qu'il avait retenu si longtemps. Qu'il l'aime, qu'il l'aime tellement, qu'il n'a besoin que de lui.

Le père n'est qu'un père et de tout ce qu'il put ressentir, il eut simplement pitié de lui, et tellement honte d'avoir faillit à son devoir. Il l'a laissé se sécher tout seul, il l'a laissé en larme. Il est parti se coucher parce que trop, c'était trop tout ça merde. Il s'est enfermé dans sa chambre et le gosse est resté seul à clapoter et hoqueter dans l'eau qui, doucement, disparaissait dans le siphon. Lui n'est pas aller dormir, non, comment fermer l’œil après avoir vu ses sentiments ainsi humilié ? Il est néanmoins convaincu que l'homme pour qui il a tant d'amour et d'admiration à juste du mal. C'est normale après tout, lorsqu'on a grandit avec la morale. Mais il lui reviendrait, parce qu'il est beau comme sa mère, et que puisque ce n'était pas suffisant, il le serait encore plus. Il a déversé au sol tout le frigo cette nuit là en hurlant sa fureur. Parce qu'il avait envie de se venger voilà tout, il fallait que ça sorte. Et maintenant il n'en avait plus rien à faire, des bonnes apparences. S'il veut la guerre il l'aurait, et il serait vainqueur, car il n'y a pas d'autres solutions.

Champion Junior de Gymnastique du Japon. Ça sonne bien non ? Le papa chéri était tellement fier, il lui a claqué une bise chaste sur la joue pour la bonne apparence. Parce qu'il n'y avait plus que ça à tenir devant les autres. Il avait peur, cet homme, de son propre fils, qui c'était transformé en tornade à la maison. Il ne ramenait même plus les quelques femmes qui faisait chavirer son cœur, de peur que l'enfant n'empoisonne leur martini ou les bouchés épicées. Il l'avait déjà fait. Rien de grave, mais ça avait refait considérer à l'homme le problème. Ce n'était pas une passade, mais il ne pouvait pas se permettre de le laisser voir un psychiatre, il tenait trop à sa réputation. Il le laissa arrêter la gymnastique à condition qu'il se concentre sur la danse, ce qui fut un beau compromis. Classique, puis contemporaine en plus, lorsqu'il serait plus beau que sa mère, oui, à ce moment là, son père ne pourrait pas lui refaire le même coup que la dernière fois.


 
Shadow
Cette section concerne ceux et celles qui ont réveillé leur shadow.

Votre sens dominant - l’ouïe

Morphologie du shadow -
{décrivez la représentation matérielle du shadow (pas de limites, mais pas de dragons ou de shadows énormes); même les schizophrènes ne possèdent qu'une seule forme. Cette partie ne concerne pas les Daemons}
 
...............................................

      Partie consacrée aux Daemons ;

Animal - {l'animal qui représente vos désirs les plus enfouis : votre instinct. Selon l'animal choisi, vous gagnerez quelques uns de ses caractéristiques (pour rappeler). L'animal peut être réel ou chimérique. Mais si chimérique, une description brève est demandée}
...............................................

Cette partie est facultative.

Pouvoirs personnalisés -
{possible à partir du Palier II ; vous voulez inventer votre propre pouvoir ? Faîtes ! à une simple condition, il doit être relatif à votre "sens dominant". Exemple : la vision => pouvoir de la manipulation de la vision (entre autres), l'énergie => manipulation d'un élément, etc}


what about You ?
 
Multi-compte ? {triple compte}
Votre prénom et/ou pseudo ? {SAY MY NAME}
Âge ? blblblbl
Niveau RP ? {blblblbllb}
Comment avez vous connu le forum ?{blblblblblb!!!!!!!}
Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous inscrire ?{Yazu est un looner, je vais lui donner un peu de chaleur
Avez-vous trouvé un code caché en parcourant le règlement ?[CHUT]

 

...............................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yazu Mihara
avatarProfilOrigine de l'avatar : Nekota Yonezou (de Hidoku Shinaide)
Messages : 624
Date d'inscription : 23/12/2013

Psyché
Level: 6
Niveau de Contrôle:
4/15  (4/15)
Jauge de Folie:
23/24  (23/24)
Civil - P2
Civil - P2
MessageSujet: Re: Blue Valentine    Sam 25 Avr - 20:09
EHY JE T'ATTENDAIS, LULA
mais pas toi je parie hein :sadface:

ça ne saurait tarder B<
tu vas voir

Validéé, Lula. J'ai pris 20 minutes à tout lire, je suis trop forte =w=


...............................................................


Je vous parle en Darkmagenta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilo Brauner
avatarProfilOrigine de l'avatar : Neon Genesis Evangelion > Kaworu Nagisa
Messages : 20
Date d'inscription : 25/04/2015

Psyché
Level: 3
Niveau de Contrôle:
5/15  (5/15)
Jauge de Folie:
7/24  (7/24)
Civil - P2
Civil - P2
MessageSujet: Re: Blue Valentine    Sam 25 Avr - 20:12
Oh baka <3 tu ne te souvenais plus BP ? huhu

Merciiiii pour la validation :DDD

...............................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Profil

MessageSujet: Re: Blue Valentine    
Revenir en haut Aller en bas
 

Blue Valentine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» San Jose Sharks && Columbus Blue Jackets (2)
» Blue max
» 03. Pink or blue, there the moment to know
» Oh Jhonny, si tu savais. [East Blue, rang C, Révolutionnaires, Aide & Elimination]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandaemonium :: Création du Personnage :: Fiches de présentation :: Fiches validées :: Civils/Daemons-