Partagez | .
 

 Présentation d'une petite sadomaso 8D ~ Abby Trixie Valko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abigail Trixie Valko
avatarProfilOrigine de l'avatar : Juuzou Suzuya - Tokyo Ghoul
Messages : 108
Date d'inscription : 26/08/2014

Psyché
Level: 3
Niveau de Contrôle:
6/15  (6/15)
Jauge de Folie:
11/24  (11/24)
SHES - P2
SHES - P2
MessageSujet: Présentation d'une petite sadomaso 8D ~ Abby Trixie Valko   Mar 26 Aoû - 14:13






Valko Abigail Trixie

 


  "Trouve en toi l'endroit où est la joie et la joie vaincra la douleur." Joseph Campbell
Je ne peux que vous assurer que ça marche pour le plaisir.

Nom de code :Jinx et son masque représente un hibou
Sexe :Féminin
Âge :21 ans
Date de naissance :29/02
Origine :Japonaise
Groupe :SHES
Occupation :Tatoueuse et Couturière sur peau son salon se trouve ici

Préférence sexuelle :Lesbienne, sadomasoshiste 8D
Etat du shadow :Réveillé
Palier souhaité :II
Précisions ?Le fond de la présentation a été réalisé par Bill. Ses grands parents étaient allemand, d'ou son nom de famille et sa mère adorait les prénoms américains, mais elle et ses parents sont nées au Japon. Couleur de rp : fireBrick
Couleur du shadow : none


Description du Personnage
C’est une petite Japonaise d’un mètre soixante. Les gens s’imaginent souvent qu’elle est albinos à cause de sa peau blanche et de ses cheveux de la même couleur. Cheveux qui lui vont jusqu’aux épaules et qu’elle ne prend pas la peine de sécher, elle est donc souvent mal coiffée, avec un épi et des mèches rebelles. Pour sa frange, elle utilise des barrettes rouges avec lesquelles elle aime former le nombre treize en chiffres romains pour la tenir en place. Treize est considéré comme un chiffre porte malheur, elle a donc décidé d’en faire un porte-bonheur, en quelque sorte.

Ses yeux sont assez sombres pour qu’on ne distingue pas la pupille de ses iris, même s’ils virent au rouge vermillon lorsque les pouvoirs de son shadow se manifestent. Un autre détail flagrant chez elle est sa poitrine, totalement absente. S’ajoute à ça des traits androgynes, desquels elle s’amuse souvent avec un style vestimentaire tout aussi androgyne. Elle aime porter des bretelles de salopette, une cravate ouverte autour du cou, des chemises blanches aux coupes parfois masculines, qu’elle aime porter relativement ouverte, avec ou sans un débardeur en dessous, des vestes de costume ou encore des pantalons amples. Il lui arrive parfois d’adopter d’autres styles, d’un genre plus délinquant ou plus décontracté. Quoi de mieux pour accompagner un style aussi masculin que du vernis à ongles. Elle en porte toujours, de toutes les couleurs, avec des motifs, des dessins qu’elle fait elle-même.

Pour finir, elle a un détail immanquable qui détourne assez rapidement le regard des gens ailleurs, malgré les vêtements colorés et voyants qu’elle peut porter : des fils qui parcourent sa peau comme des points de suture. Elle a deux croix rouges sous l’œil droit, deux croix rouges sous la lèvre et une ligne de chevrons rouges qui descendent au milieu de son cou. Voilà les coutures qu’elle ne retire jamais. En dehors de celles-ci, elle ajoute ou enlève des coutures partout sur son corps, avec des fils de différentes couleurs, divers motifs, de préférence sur ses bras et ses doigts, mais il lui arrive d’en faire ailleurs d’après son humeur. Elle aime le changement et en avoir partout sur elle la ravit. C’est comme ça qu’elle a décidé d’en faire une partie de son métier, alliant ça à une pratique plus courante, le tatouage, en attendant que la couture artistique corporelle soit plus courante.

Elle est étrange, et c’est une impression qu’elle se plait à entretenir. Elle a toujours été laissée sur le côté, regardé de loin, pointé du doigt à cause de son apparence, de ses manières et de sa famille. C’est aussi à cause de cette dernière qu’elle a découvert son attirance et la satisfaction qu’elle tire de la douleur, que ce soit en la subissant ou en l’infligeant. Tant qu’elle ressent plus que ce qu’une personne lambda peut supporter, elle en tirera de la satisfaction, elle en sera remplie de joie, mais on verra ça un peu plus loin.

Malgré son style masculin, pour une fille, ces derniers ne l’intéressent pas le moins du monde. Encore une fois, c’est lié à la relation malsaine qu’elle a entretenue avec sa mère. Son caractère est souvent changeant, impulsif, irréfléchi. Elle aime s’amuser et n’a aucune raison de ne pas faire ce qui lui plait. Un des moyens dont elle use souvent pour s’amuser est le sadomasochisme, puisqu’elle aime la douleur et qu’elle n’a aucune pudeur concernant le sexe. D’ailleurs, elle s’est longtemps entaillée pour assouvir ses besoins de douleur, par curiosité, par envie, par caprice ou juste pour le plaisir, mais jamais pour se suicider. Une autre utilité de ses coutures est de cacher ou de mettre en valeur les cicatrices qu’elle a gardé de cette période. Il lui arrive toujours de s’infliger des entailles, mais elle n’en retire plus la même satisfaction, ce qui la frustre et l’a poussée aux pratiques sadomasochistes. Une autre tare génétique dont sa famille lui a fait le don est d’être stérile, encore un point commun avec les femmes dont elle se passe.


Passé du Personnage
Sa mère faisait partie de ces femmes qui n’étaient pas vraiment faites pour enfanter. Elle était trop faible, trop fragile, inadaptée. Lorsqu’elle avait donné naissance à Abby, elle avait perdu connaissance, elle était restée inconsciente trop longtemps et avaient subi des séquelles irréversibles qui avaient influé sur son comportement et sur sa psychologie. Bien sûr, elle a été suivie par toutes sortes de médecins, mais toute thérapie à une fin. Son père avait tenu le choc, mais pas sans avoir lui aussi un remontant, l’alcool. Puisque sa mère se retrouvait incapable de travailler et que tous deux noyaient leurs finances dans des espoirs qui n’aboutissaient pas, son père était devenu accro à l’alcool, ou alors faisait des heures supplémentaires pour payer ses bouteilles.

Sa mère était heureusement assez lucide parfois pour s’occuper d’elle-même, Abby avait appris à en faire de même par obligation. Elle allait à l’école, se faisait remarquer, se faisait rejeter, parfois accepter par certains, mais jamais elle ne se cachait ou ne se faisait passer pour quelqu’un qu’elle n’était pas. Dans un premier temps parce qu’elle n’y voyait aucun intérêt et ensuite parce qu’elle n’arriverait pas à donner le change, étant incapable de choisir une tenue correcte seule. Les professeurs l’avaient rapidement remarquée et avaient gardé un œil sur elle, ils avaient rapidement vu le changement puisque quelques matins elle était venue en pyjama ou partiellement dénudé en ne pouvant pas atteindre les habits de son armoire. Par la suite, elle avait appris à se débrouiller avec plus d’habilité, mais pas plus de gout vestimentaire.

C’est néanmoins tout ce que son père avait pu supporter avant de les quitter toutes les deux pour refaire sa vie ailleurs. Il avait eu le temps de les battre quelques fois, lorsqu’il était trop soul pour se contrôler. Pourtant, elle n’avait jamais eu peur de lui, ses tares la protégeaient, l’empêchaient de ressentir la douleur. Ces moments privilégiés que son père lui accordait avaient, malgré leur courte durée, révélé à la jeune fille qu’elle aimait cela, elle n’avait jamais eu peur de lui dans ces moments-là, ni pleuré de terreur ou d’horreur. Elle souriait et se contentait d’attendre que ça passe, en voyant le bon côté des choses, elle ressentît du bonheur dans ces moments, ça n’eût pas eu beaucoup d’influence sur elle, du moins s’est ce qu’elle pensait à l’époque.

Après le départ de son père, elle et sa mère s’étaient énormément rapprochées, ou disons plutôt que sa mère, avec ce choc, s’accrochait à sa fille telle une sangsue. Elle réclamait tout son temps, toute son affection et si elle le pouvait elle en ferait de même avec ses pensées. Elles avaient commencé à prendre leurs bains ensemble, à se laver mutuellement, à dormir dans le même lit, parfois enlacé, souvent nues. Sa mère aimait son absence de poitrine et lui disait souvent qu’elle l’aimait comme son homme, malgré la longueur de ses cheveux qu’elle exigeait de lui coiffer et de lui couper de temps en temps. Jusqu’à ces seize ans, elle était restée bien indifférente à cette proximité, jusqu’à ce que ces hormones s’en mêlent.

Sa mère réclamait toujours plus d’attention, plus de rituels communs et quotidiens, en plus de cette chose qui accumulait de la puissance en elle, le côté tactile de sa mère avait vite fait de fonder sa sexualité. En plus de l’habitude et de leur proximité bien installée, elle obtenait toujours ce qu’elle voulait par chantage, que ce soit en la menaçant de la placer en famille d’accueil ou de se laisser mourir devant ses yeux. Elles étaient toutes les deux bien conscientes que leur lien ne se briserait pas sans faire d’étincelles. Elle se débrouillait donc pour céder à ses caprices tout en continuant sa scolarité normalement, du moins, tant qu’on ne regardait que ses notes et non les remarques des professeurs. Elle voyait pourtant que les traitements invasifs et la maladie l’emportaient sur sa mère. Elle faisait de plus en plus de crises, crises qui la poussaient vers la folie qui lui était destinée et qui finalement avait fini par la consumer et l’emporter.

Cette chose en elle, que son père avait semée, que ses hormones et sa mère avaient nourrie finit par avoir assez de puissance pour s’exprimer et se dévoiler. Elle décida d’enterrer sa mère dans le jardin de leur maison avant de déménager pour Shinjuku. Elle avait commencé à ressentir des bulles autour d’elle. Des bulles qui s’effaçaient parfois à son contact, elles flottaient un peu partout, parfois même elles entouraient des personnes tout entières. Lorsqu’elle s’en approchait, elle ressentait souvent de la joie, du bonheur, elle avait ensuite commencé à se taillader partout. La douleur l’enivrait jusqu’à un point ou elle ne ressentait plus rien. Elle explorait le plaisir de la chair, à sa façon. Ce don, ou cette malédiction, qu’elle avait en elle avait vite été remarqué pour les SHES. Ils avaient montré leur intérêt pour son « shadow » qu’ils appelaient ça, et voulaient qu’elle mette celui-ci à profit pour leur compte. Puisqu’elle commençait à épuiser le peu d’argent que sa mère lui avait laissé à sa mort et qu’elle avait vu de belles filles dans leurs rangs, elle se disait que ça ne pouvait que lui apporter plus de distraction encore, elle n’avait aucune raison de s’en priver.

 
Shadow
Cette section concerne ceux et celles qui ont réveillé leur shadow.

Votre sens dominant - //

Morphologie du shadow -
Son shadow est une faux. Elle est quelque peu étrange puisque des filets de sang s’échappent en permanence au dos de la fixation entre la lame et le manche, au rythme auquel elle se débarrasse des mauvaises ondes. La forme de la lame est également différente puisque pas totalement en croissant de lune, d’autant plus que les deux côtés de la lame sont tranchants.
 
...............................................


Pouvoirs personnalisés -
Elle est capable d’absorber un shadow errant de son palier, c’est sa limite. Toute onde absorbée au-delà de cette limite la fera atrocement souffrir. Tant qu’elle ne dépasse pas cette limite, son esprit lui fait ressentir les ondes négatives comme du plaisir… comme si elle jouissait parfois. Cette quantité, elle est capable de l’absorber approximativement une fois tous les trois jours. Cependant, les ondes qu’elle absorbe dérèglent son oreille interne en fonction de la quantité absorbée. Elle en souffre et devient hyper sensible, n’a plus aucun équilibre, se met parfois à vomir à cause des vertiges qu’elle ressent. Si toute fois elle décide de dépasser la limite elle mettra environ deux semaines à s’en remettre, clouées chez elle.


what about You ?
 
Multi-compte ? Triple oui ^^ après Tetsuharu et Kamui
Votre prénom et/ou pseudo ? //
Âge ? //
Niveau RP ? //
Comment avez vous connu le forum ? //
Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous inscrire ?//
Avez-vous trouvé un code caché en parcourant le règlement ? [Hehe]

 


Dernière édition par Abigail Trixie Valko le Mer 17 Déc - 21:38, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yazu Mihara
avatarProfilOrigine de l'avatar : Nekota Yonezou (de Hidoku Shinaide)
Messages : 624
Date d'inscription : 23/12/2013

Psyché
Level: 6
Niveau de Contrôle:
4/15  (4/15)
Jauge de Folie:
23/24  (23/24)
Civil - P2
Civil - P2
MessageSujet: Re: Présentation d'une petite sadomaso 8D ~ Abby Trixie Valko   Mar 26 Aoû - 14:38
Héhéh, bienvenue, fais comme chez-toi, t'es chez toi :D
Je t'ai déjà dit ce que j'en pense, je trouve ta perso très bien travaillée ! :d

Du coup, je te valide sans attendre plus, amuse-toi bien 8]

...............................................................


Je vous parle en Darkmagenta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Trixie Valko
avatarProfilOrigine de l'avatar : Juuzou Suzuya - Tokyo Ghoul
Messages : 108
Date d'inscription : 26/08/2014

Psyché
Level: 3
Niveau de Contrôle:
6/15  (6/15)
Jauge de Folie:
11/24  (11/24)
SHES - P2
SHES - P2
MessageSujet: Re: Présentation d'une petite sadomaso 8D ~ Abby Trixie Valko   Mar 26 Aoû - 14:43
Merci ^^ ! (oui oui, je répond juste pour craner avec la signature xD)

...............................................................

✂️ - - Abigail se moque de vous en FireBrick ou #B22222
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Profil

MessageSujet: Re: Présentation d'une petite sadomaso 8D ~ Abby Trixie Valko   
Revenir en haut Aller en bas
 

Présentation d'une petite sadomaso 8D ~ Abby Trixie Valko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation de ma petite personne
» Sarah Grandpré, présentation d'une petite française.
» Présentation d'une petite otakette(Yume Wamashita)
» Présentation d'une petite corneille
» Bonjour,je suis nouvelle,alors petite présentation:

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandaemonium :: Création du Personnage :: Fiches de présentation :: Fiches validées :: SHES-